chauffage collectif

Fuite chauffage collectif : qui paie ?

Que vous soyez un locataire ou un propriétaire, votre appartement peut être équipé d’un chauffage collectif qui est très fréquenté dans les immeubles et les copropriétés. Votre système de chauffage est raccordé donc à une chaudière située au sous-sol. Cette chaudière chauffe l’immeuble en entier et produit également l’eau chaude sanitaire collective.

Vous habitez dans une copropriété et vous subissez une fuite due aux canalisations du chauffage collectif. Alors, c’est au syndic de copropriété de s’acquitter des frais de réparation. En revanche, si les canalisations encastrées sont considérées comme parties privatives, alors c’est au propriétaire de l’appartement qui devra payer les réparations.

Comment fonctionne un chauffage collectif ?

Certains immeubles ou copropriétés sont équipés d’un chauffage collectif. C’est un mode de chauffage communautaire, géré par un système de chaufferie situé souvent au sous-sol. Ce dernier se compose d’un ou plusieurs générateurs de chaleur. Ce sont une chaudière, une pompe à chaleur qui produisent de l’eau chaude sanitaire collective. Et la redistribution de la chaleur se fait ensuite dans les logements par différents moyens :

  • Un réseau de distribution bitube : c’est la méthode la plus utilisée. Un circuit de chauffage va transporter l’eau chaude jusqu’aux radiateurs situés dans les appartements. Un autre circuit va ramener l’eau refroidie vers la chaufferie pour être réchauffée.

  • Un réseau de distribution monotube : on retrouve ce genre d’installation dans quelques anciens bâtiments. On raccorde en série tous les émetteurs. Ainsi, le premier radiateur bénéficie d’une chaleur importante, mais le dernier ne reçoit pas le même degré de chaleur.

  • Un « chauffage individuel centralisé » (CIC) : chaque logement est équipé de son propre réseau de distribution. Ce dernier se raccorde à une colonne provenant de la chaufferie. Ce système permet d’individualiser la consommation.

Une fois la distribution de la chaleur est effective à chaque logement, elle va être diffusée par les émetteurs installés en place. Il s’agit des classiques radiateurs haute température en fonte, radiateurs basse température et planchers chauffants, plus performants.

En général, on attribue la gestion du chauffage collectif au propriétaire de l’immeuble. Dans le cas d’une copropriété, c’est le syndic qui doit établir les factures individuelles. Il doit aussi contacter le service de dépannage plombier Paris 18 en cas d’un problème ou d’entretien.

En cas d’une fuite, qui paye les frais des réparations ?

Que vous soyez un locataire ou un propriétaire. Si vous subissez une fuite liée aux canalisations (départ, arrivée d’eau), à la colonne provenant de la chaufferie ou à un autre élément qui est considéré parmi les parties communes, la copropriété est donc la responsable du sinistre. Elle doit contacter son assurance pour indemniser les personnes qui ont été victimes des dommages. Celles-ci doivent en parallèle aussi déclarer le dégât auprès de leur assureur. La copropriété peut ensuite se retourner vers le syndic pour défaut d’entretien des parties communes.

Le dégât peut intervenir au sein de votre appartement à cause d’une fuite d’eau au niveau du chauffage collectif. Dans ce cas, le sinistre est attribué donc à la copropriété, responsable du chauffage collectif. Les travaux de réparation ainsi que la recherche de fuite d’eau Issy-les-Moulineaux 92130 sont tous pris en charge par le syndic de copropriété.

Comment éviter les désagréments d’un chauffage collectif ?

Les pannes liées au chauffage collectif sont nombreuses. Elles peuvent survenir à tout moment et pour plusieurs causes. Pour éviter tout désagrément, la copropriété est appelée à réaliser un entretien annuel au réseau de chauffage. Cet entretien peut se faire pendant l’été, voire le début de l’automne. En effet, on recommande généralement l’entretien des installations de chauffage avant la période de chauffe. Toutefois, une chaufferie non entretenue peut exposer l’immeuble au risque d’une panne malvenue en hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *